Contenu

La protection des captages prioritaires

La cause première de dégradation des eaux de captage est liée aux pollutions diffuses par les nitrates et les pesticides ainsi que leurs métabolites.
117 captages sont qualifiés de "prioritaires", au titre des SDAGE Adour-Garonne et Loire-Bretagne, en Nouvelle-Aquitaine. Le territoire de l’ex-Poitou-Charentes étant le plus fortement impacté (91 captages), devant l’ex-Aquitaine (16) et l’ex-Limousin (10).
Plusieurs plans et programmes pilotés ou co-pilotés par l’État visant à réduire ces différentes sources de pollution sont déjà mis en œuvre et sont gérés indépendamment les uns des autres : Programme d’Actions Régional (PAR nitrates), plan « Ecophyto » (produits phytopharmaceutiques), Plan Régional Santé Environnement.
La Loi Grenelle 1 (2007) prévoyait que d’ici 2012, des plans d’actions seraient mis en œuvre en association étroite avec les agences pour assurer la protection des 500 captages les plus menacés par les pollutions diffuses, notamment les nitrates et produits phytopharmaceutiques. La conférence environnementale de 2015 a porté ce nombre à 1000 captages au niveau national, inscrits comme prioritaires dans les différents SDAGE 2016-2021
Le Programme Re-Sources
Programme Régional pour la coordination des actions de protection des captages d’eau potable