Contenu

Agreste ESEA 2016 : 70 700 exploitations agricoles en Nouvelle-Aquitaine

Entre 2010 et 2016, le recul du nombre d’exploitations se poursuit en Nouvelle-Aquitaine, à un rythme proche de celui de la décennie précédente : -2,7 % par an au lieu de -2,8 % par an. Ce sont chaque jour entre 5 et 6 exploitations agricoles qui disparaissent en Nouvelle-Aquitaine. Moins nombreuses, les exploitations s’agrandissent. En 2016, une exploitation agricole dispose en moyenne de 56 ha. C’est 7 ha de moins qu’en France métropolitaine, mais c’est 8 ha de plus qu’en 2010 et 19 ha de plus qu’en 2000.

Moins d’exploitations, mais plus grandes


Source : Agreste ESEA 2016

Les exploitations de Nouvelle-Aquitaine sont globalement plus petites en surface qu’au niveau national, elles le sont également en taille économique. Ainsi, seulement 37 % des exploitations sont classées « grandes » (100 000 € à 250 000 € de PBS) ou « très grandes » (PBS supérieure à 250 000 €) , contre 43 % au niveau national. Ces structures pèsent néanmoins beaucoup dans l’agriculture régionale, mobilisant les deux tiers des surfaces agricoles et du travail mobilisé.

Plus d’exploitations de taille moyenne en Nouvelle-Aquitaine


Source : Agreste ESEA 2016

4 équivalents temps plein sur 10 dans les très grandes exploitations en Nouvelle-Aquitaine


Source : Agreste ESEA 2016

L’agrandissement des exploitations s’accompagne du développement des formes sociétaires. En 2016, 35 % des exploitations agricoles ont un statut de société contre 29 % en 2010. Elles exploitent 61 % de la SAU et mobilisent 63 % de la force de travail. Les formes sociétaires concernent six « grandes » exploitations sur dix, et huit « très grandes » exploitations sur dix. Les exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL) sont les formes sociétaires privilégiées. Les sociétés civiles d’exploitation agricole (SCEA) sont également assez courantes dans la région, notamment en viticulture, les groupements agricoles d’exploitation en commun (Gaec) concernant plus souvent les élevages.

La moitié des exploitations sous forme sociétaire sont en EARL


Source : Agreste ESEA 2016

La baisse du nombre d’exploitations est plus marquée en élevage. Les élevages en bovins lait ou mixte, en volailles ou porcins, sont ceux dont les effectifs ont le plus diminué.

Le travail réalisé dans les exploitations agricoles représente 119 500 équivalents temps plein en Nouvelle-Aquitaine en 2016. Les actifs dirigeants et leur famille assurent 60 % de ce travail agricole, les salariés permanents 22 % et les saisonniers 13 %. Les 5 % restants sont de la main d’œuvre externe : groupements d’employeurs, personnel d’entreprises de travaux agricoles (ETA) ou de coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma), autres prestataires. Les exploitations viticoles sont celles qui mobilisent le plus de main d’œuvre.

Source : Agreste ESEA 2016

L’agrandissement des exploitations et le développement des formes sociétaires va de pair avec la mobilisation croissante de terres en fermage. Près de la moitié des surfaces agricoles sont louées en fermage auprès de tiers, et 23 % auprès d’associés de l’exploitation agricole. La part des terres agricoles cultivées en faire-valoir direct reste cependant nettement supérieure dans la région à la moyenne nationale.

Le faire-valoir direct plus fréquent en Nouvelle-Aquitaine

Source : Agreste ESEA 2016