Contenu

Cognac et Vins de Bordeaux concentrent 85% de la valeur des exportations en produits agricoles, agroalimentaires et de la Forêt à destination du continent Nord Américain


Remise en cause des traités actuels, mise en place des droits de douane dissuasifs, une stratégie centrée essentiellement sur le continent nord américain, des incertitudes pour une destination qui représente à elle seule 17% de la valeur des exportations totale au départ de la Nouvelle-Aquitaine.

Concernant les produits agricoles, agroalimentaires et de la Forêt (première et deuxième transformations) l’impact est loin d’être négligeable. Il porte sur 1,3 milliard d’euros. Suite à la publication concernant un éventuel impact du Brexit (1,5 milliard d’euros), cette étude dresse une photographie rapide, pour les principaux départements et filières impactés, des échanges qui lient le Continent Nord Américain à la Nouvelle-Aquitaine.

Canada et États Unis, les premiers clients de la Nouvelle-Aquitaine,
en valeur, à l’export

Au cours des douze derniers mois, la valeur totale des exportations au départ de la Nouvelle-Aquitaine, toutes filières et toutes destinations confondues, s’élève à 22,5 milliards d’euros. Sur la même période, l’Amérique du Nord (États-Unis et Canada), premier client de la Nouvelle-Aquitaine, devant l’Espagne et l’Allemagne, y contribue pour 17% avec 3,9 milliards d’euros.
Au sein de cette destination, la part des produits agroalimentaires et de la Forêt pèse pour 1,3 milliards d’euros, soit 13% de la branche régionale, l’aérospatiale demeurant le premier poste à l’export vers le continent Nord Américain, avec 1,6 milliard d’euros.

Palmarès des exportations en valeur à destination du continent nord américain
(Octobre 2015 à Septembre 2016), en million d’euros, source Douanes


Les produits de l’agriculture pèsent peu

Avec 5 millions d’euros exportés à destination du continent nord américain, les produits agricoles pèsent très peu dans le total exporté de la branche (la Nouvelle-Aquitaine exporte pour 2 307 millions de produits de l’agriculture vers le Reste du Monde), soit 0,2%.
Deux postes regroupent les deux tiers de cette valeur, à savoir : les plantes médicinales et pharmaceutique en Gironde et les chevaux vivants au départ des Pyrénées Atlantiques.

10% des exportations des produits de la Forêt de Nouvelle-Aquitaine

Avec près de 149 millions d’euros, le continent nord américain absorbe le dixième des exports en valeur des produits de la forêt (première et deuxième transformation) au départ de la Nouvelle-Aquitaine.
Emballages en bois et "papier carton" regroupent les neuf dixièmes de cette valeur. Avec près du tiers de la valeur exportée, la Charente est le premier fournisseur, loin devant la Gironde (21%), les Landes et la Dordogne (respectivement 14% chacune).
La pâte à papier est exportée majoritairement au départ des Landes, comme les bois sciés et rabotés.

Valeur des exportations, en millions d’euros, au départ de la Nouvelle-Aquitaine
à destination du continent nord américain (Octobre 2015 à Septembre 2016),
en produits de la première et deuxième transformation du bois



Produits agroalimentaires : les boissons "champion" de l’export

Le continent nord américain absorbe le cinquième de la valeur exportée en produits des IAA au départ de la Nouvelle Aquitaine. Les trois quarts sont à mettre à l’actif du Cognac, le cinquième pour les vins de Bordeaux.

Le marché américain, premier client du Cognac
Avec 860 millions d’euros, exportés au cours des douze derniers mois, le marché américain demeure en 2015 la première destination à l’export pour le cognac qui y exporte plus de 44% de ses volumes et y réalise 40% de son chiffre d’affaires. (Le Canada se positionne comme le 13ème client du Cognac, en volume comme en valeur, avec 1% du marché)
Selon les données du Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC), "en 2015, avec une croissance de 13,5% en volume et 40% en valeur, l’Amérique continue sa progression, confirmant son leadership en volume avec 70,8 Millions de bouteilles expédiées et se positionnant à la 1ère place en valeur. Ces bons résultats sont portés par le développement continu des expéditions aux USA qui atteignent cette année leur plus haut niveau historique".

Les dix premières destinations des volumes de Cognac en 2015-2016,
en million de bouteilles - Source BNIC



Vins de bordeaux, les appellations génériques concentrent les volumes... .
En 2015, avec près de 250 millions d’euros, le continent nord américain concentre 12% des expéditions bordelaises en bouteilles. Les volumes sont orientés aux deux tiers vers le rouge, USA et Canada privilégient la bouteille, le vrac pèse peu. Les deux tiers des volumes totaux se composent de vins n’excédant pas 4 euros le litre (Bordeaux, Bordeaux Supérieurs et Côtes), un segment fortement concurrencé sur le marché américain par les vins locaux et du nouveau monde.

... et les appellations plus prestigieuses la valeur
Côté valeur, cette destination reste dans le trio de tête pour les expéditions des vins les plus chers au 2ème rang pour les vins expédiés à plus de 30 euros le litre, derrière Hong-Kong.
Pesant pour le quart des volumes, Médoc, Communales du Médoc, Saint Emilion et Pessac Léognan, monopolisent, à eux seuls, près 60% de la valeur totale exportée.

Répartition des exportations en valeur et volume des vins de Bordeaux
à destination du continent nord-américain en 2015 - Source CIVB

Charente et Gironde : les neuf dixièmes des exports

Si la Charente s’impose en termes de valeur loin devant la Gironde, dans les autres départements la valeur des exports pèsent moins et les exportations se concentrent sur quelques filières.
Les exports de cognac impactent également la Charente Maritime. Les produits de la Forêt se concentrent, hors Gironde et Charente, sur les Landes, la Dordogne et la Corrèze. Les produits à base de chocolat et confiserie pèsent dans les Pyrénées-Atlantiques.

Valeur des exportations au départ de la Nouvelle-Aquitaine à destination de l’Amérique du nord,
en millier d’euros, par département, (Octobre 2015 à Septembre 2016) - Source : Douanes




Sources
En France, selon une tradition qui remonte à plus de deux siècles, c’est la Direction générale des Douanes et droits indirects qui établit la balance commerciale. Chaque mois le service statistique des Douanes présente et commente les derniers résultats de la balance commerciale. Celle-ci ne retrace que les échanges de marchandises et non de services.
L’information sur les échanges de marchandises est collectée sur la base des déclarations d’échanges de biens (DEB) pour les échanges avec les 27 autres Etats membres de l’Union européenne et des déclarations en douane (DAU) pour les échanges avec les autres pays (nommés « pays tiers »). Plusieurs modes de recueil de l’information coexistent traduisant notamment la plus ou moins grande informatisation des relations entre les opérateurs et la Douane. Le contrôle et la validation des données menés sous la responsabilité du centre de traitements informatiques de Toulouse mobilisent également les bureaux de douanes et les centres de saisie spécifiques.
Les statistiques régionales du commerce extérieur sont établies, tout comme les statistiques nationales, par l’exploitation des informations contenues dans les DAU ou les DEB. La ventilation par département (puis, par agrégation, par région) est effectué selon les principes suivants :

  • A l’exportation : C’est le département d’exportation des marchandises qui est mentionné : il est bien précisé qu’il s’agit du lieu initial à partir duquel les marchandises sont exportées et non pas le département du siège social de l’entreprise qui exporte.
  • A l’importation : C’est le département de destination réelle des marchandises importées qui doit être indiqué (et non le département du siège social de l’importateur).

Pour en savoir plus