Contenu

Conseil de bassin viticole de Cognac du 19 juin 2018

Conseil de bassin viticole de Cognac

Le préfet de région Didier Lallement a présidé le Conseil de Bassin viticole Cognac le 19 juin 2018.
Cinq points principaux ont été abordés :

-la restructuration du vignoble et le plan collectif de restructuration PCR 3 2018-2021
Ce plan triennal s’inscrit dans la continuité du plan précédent et poursuit plusieurs objectifs pour gagner en productivité : retrouver l’homogénéité des modes de culture (densité et écart resserré des inter-rangs) et favoriser la réduction des coûts de production.

Ainsi au cours de ces cinq dernières années, 26.5 millions d’euros de crédits issus de cette mesure « restructuration du vignoble » ont permis la replantation de près de 3900 ha de vignes en collectif et 19 millions d’euros ont permis la replantation de près de 2700 ha supplémentaires de vignes en plans individuels , avec un taux de plantation annuel moyen de 3.2% sur les 5 dernières campagnes.
Ce plan ambitieux escompte 4000 ha de replantations supplémentaires dans les 3 ans à venir.

- les plantation nouvelles pour 2018

En ce qui concerne la régulation du potentiel de production des vignobles, le Conseil de bassin a été l’occasion de dresser un bilan des demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018 au regard des limitations accordées pour les différents vignobles (sauf limitation, tout État membre peut augmenter son potentiel de production de 1% par an) . Les demandes ont dépassé les limitations fixées dans le bassin ( 3 300 ha autorisés) . Chaque demandeur des 4 secteurs du bassin se verra donc attribuer une surface minimale (dite surface plancher) dans la limite de la surface demandée. Ces surfaces minimales par demandeur seront respectivement :

- AOP Cognac : environ 48 ares ;
- AOC Pineau des Charentes : environ 3 ares ;
- IGP Charentais : environ 13 ares ;
- demandes de vins sans IG (VSIG) : environ 1.02 ha.
Les premiers contrôles relatifs au respect du potentiel de production seront diligentés fin 2018.

-l’actualité de TIGA

Lydia Héraud, Conseillère régionale déléguée à la viticulture et aux spiritueux a présenté l’état d’avancement du projet régional de territoire innovant de grande ambition (TIGA) pour « co-construire les territoires viticoles responsables de demain ». Ce projet est lauréat de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par le Secrétariat Général Pour l’Investissement.

Il associe l’ensemble des acteurs de la filière ainsi que l’État et repose sur l’émergence d’initiatives territoriales innovantes en faveur de la réduction des produits phytosanitaires.

- l’étude INSEE-AGRESTE sur l’emploi

La présentation de l’étude INSEE - Agreste sur l’emploi a mis en évidence le poids socio-économique de la filière viticole du bassin Bordeaux-Aquitaine qui s’étend sur tout ou partie de 4 départements (Gironde, Dordogne, Corrèze et Lot-et- Garonne). De l’amont à l’aval, cette filière maille le territoire avec 4 bassins viticoles sur les 10 nationaux. Dans une centaine de communes situées au cœur du vignoble, elle emploie les deux-tiers des salariés, le plus souvent des ouvriers agricoles. Les salariés et non salariés sont relativement plus âgés que les salariés de Nouvelle aquitaine (entre 6 à 9 points de plus que dans les autres filières régionales). Au total, la filière génère, chaque année, un milliards d’euros de masse salariale au sein principalement des territoires ruraux.

-la démarche RSE (responsabilité sociale des entreprises)
Cette démarche ,mise en place déjà depuis 1an et demi par la filière concerne 1500 viticulteurs (1/3 des viticulteurs et 43% des surfaces) qui souhaitent valoriser leurs pratiques. Un cahier des charges de certification environnementale est en cours de rédaction. EN parallèle, une plaquette de communication favorise le dialogue avec le voisinage.